Un lieu parfait pour la détente

Lars Nielsen est un commissaire aux comptes qui gagne très bien sa vie, le genre à n’être satisfait que par l’excellence. Cela vaut aussi pour la construction de sa maison de vacances au Danemark. Il avoue que sa propre recherche de la perfection fut, pour lui aussi, parfois éprouvante. Nous voulions absolument voir le résultat qui inclut aussi une cuisine eggersmann.


PHOTOS : CHARLOTTE DE LA FUENTE INTERVIEW : OLIVER GEYER

Maintenant que les travaux sont terminés, le mot « parfait » évoque à Lars Nielsen, en lien avec sa maison de vacances, des choses tout à fait différentes. Des choses qui sont véritablement importantes. Comme le fait que son fils de neuf ans puisse sortir de la maison pour aller directement grimper sur les rochers, en bas au pied de la mer, ou pour aller chasser, en criant de joie, les moutons sur les pâturages en bord de mer. Vue d’en haut, cette scène observée à travers les fenêtres panoramiques semble tout droit sortie d’une série d’animation pour enfants « Shaun le mouton ». Lève-tôt, Lars Nielsen aime s'assoir là le matin et profiter de ce moment de solitude pour admirer la vue avant d’entendre du mouvement dans les chambres à coucher des parents et des enfants, au fond de la maison, avant que sa petite fille de 10 mois babille, que son fils pointe le bout de son nez et que sa femme, Pernille, prépare le premier thé de la journée dans la cuisine. Pour Lars Nielsen, la perfection dans un tel endroit, c’est aussi de savoir qu’il peut ensuite partir à la pêche avec un ami quand bon lui semble. Ou pas. Il est toujours très occupé, alors le premier point sur sa to-do list, c’est le farniente.

Purisme, design et perfection : la maison de Lars Nielsen en est un symbole.

On imagine bien Lars Nielsen, qui habite en fait à Hong Kong avec sa famille et qui est associé d’une société d’audit internationale, s’abandonner de temps en temps à la rêverie en plein dans son quotidien professionnel et s’évader par la pensée vers ce lieu de rêve. C’est bien loin de la vérité. « Rêver ? », demande Lars Nielsen avec un sourire malicieux. « Il me suffit de regarder mon téléphone portable. Plusieurs caméras sont installées et je dispose en permanence d’images en direct sur l’appli du système d’alarme. »

LE PREMIER POINT SUR SA TO-DO LIST, C’EST LE FARNIENTE

Il est contraint d’avouer qu’il est un incorrigible perfectionniste. Quand il commence quelque chose, il s’y adonne complètement. Serait-il alors en réalité un maniaque du contrôle ? Son sourire change, lui donnant le visage « d’un jeune écolier qu’on aurait surpris à faire une bêtise ». Si cette maison de rêve, un bungalow classique de style Bauhaus qui, grâce à sa façade en briques naturellement foncées , s’intègre parfaitement au paysage côtier, sa conception et sa construction ne se sont pas pour autant déroulées sans tension. Cet homme de 48 ans confesse avoir bien énervé les artisans, et même parfois les avoir rendus fous. Il nous donne quelques exemples : alors qu’ils étaient déjà posés, il a fait retirer tous les carreaux de la salle de bain parce que leurs différentes nuances de couleur ne formaient pas un modèle parfait. Pour définir ce modèle, il a construit à Hong Kong un modèle 3D de la salle de bain. Idem pour les briques fabriquées à la main et utilisées pour les murs intérieurs et extérieurs : Lars Nielsen avait expressément demandé qu’elles soient fabriquées dans différentes nuances de couleur et leur agencement devait alors offrir un résultat harmonieux. Les maçons ont donc malheureusement dû défaire un mur complet pour le remonter ensuite.

Lars Nielsen avoue que son propre perfectionnisme fut parfois éprouvant pour lui-même. La maison devait absolument avoir l’apparence d’un bungalow classique de style Bauhaus, mais avec un toit largement en saillie, ce qui est plutôt inhabituel. Ce fut un défi non seulement pour des raisons statiques, mais aussi pour obtenir un permis de construire. Un tel concept s’éloignait trop de la tradition locale en matière de construction.

Tout tourne ici vraiment autour de la cuisine et de la convivialité

Quand on se rend dans la maison de ce Danois sympathique et à l’air équilibré, impossible de se douter qu’il est apparemment un maniaque du contrôle. Tout se passe peut-être de façon cachée, comme avec les caméras installées dans sa maison : elles se trouvent aussi quelque part sous les surfaces régulières, épurées et reposantes à l’œil. D’une manière générale, l’ensemble de la maison dégage une atmosphère très reposante. Une maison qui reflète la personnalité de celui qui l’a construite : cet environnement parfait est propice à la détente.

Un acier inoxydable laminé à chaud et brossé, généralement utilisé pour la construction navale, et parfait pour cet endroit

Mais au fait, pourquoi déployer autant d’efforts pour un lieu, sans aucun doute superbe, mais qui se trouve très loin du domicile de la famille situé à Hong Kong ?

« Après le décès de mon père en 2011, ma femme et moi avons exprimé l’envie d’être plus souvent auprès de notre famille », raconte Lars Nielsen. Mais ils ne souhaitaient pas pour autant faire sans cesse leurs valises et ils voulaient pouvoir aussi recevoir parfois des amis. Après plusieurs années passées à vivre et à travailler à l’étranger, la construction de cette maison nous a véritablement permis de retrouver nos racines et un style de vie plus paisible au Danemark : Lars et Pernille sont tous deux originaires de cette région. Les maisons de leurs parents sont à 10 minutes à peine. C’est dans une petite ville située à proximité qu’ils se sont rencontrés il y a 30 ans, alors qu’ils étaient encore adolescents et qu’ils fréquentaient l’école de commerce.

Leur fidélité est à l’image de la relation qu’ils entretiennent avec quelques amis de la région. Un lien qui n’a jamais été interrompu. Ils souhaitaient donc une maison où ils peuvent vivre pleinement ce sentiment familier qui les lie à leur région d’origine. Pour Lars Nielsen, cette maison devait non seulement être proche de leur famille, mais aussi "proche de la perfection", tant sur le plan architectural qu'au niveau de l'aménagement intérieur.

« J’APPRÉCIE VRAIMENT QU’EGGERSMANN TROUVE TOUJOURS DES SOLUTIONS PERSONNALISÉES »

« Nous avons toujours rêvé d’une grande pièce à vivre avec vue sur mer, dans laquelle on peut préparer des petits plats pour ses amis tout en discutant avec eux grâce à une table qui se trouve juste à côté. Et ceux qui en ont envie peuvent aussi se prélasser sur l’un des canapés. » C’est ainsi que le maître d’ouvrage résume les souhaits qui ont ici pris la forme d’une maison. Le désir de créer un lieu convivial pour des amis est d’ailleurs l’une des raisons qui a convaincu les employés du service de l'urbanisme de la commune à lui délivrer un permis de construire. En revanche, Lars et sa femme avaient d’emblée rejeté le modèle d’une cuisine à vivre classique danoise qui comprend certes une grande table, mais qui est séparée du salon. Ils ont plutôt opté pour une pièce à vivre spacieuse, dans laquelle la cuisine constitue un point de convergence propice aux relations sociales. À gauche un coin canapé avec un téléviseur, à droite un autre coin canapé avec une cheminée. Et toute la pièce est orientée vers la mer.

Mais comment est-ce devenue une cuisine eggersmann ? Grâce au frère d’un bon ami qui construit des lofts luxueux à Copenhague et qui aime les équiper avec eggersmann. « C’est là que j’ai vu pour la première fois ces cuisines et que j’ai immédiatement su qu'elles sont d'une toute autre qualité », déclare Lars Nielsen. Il s’est donc rendu en Allemagne avec des échantillons des différents matériaux utilisés dans le salon (les briques des murs et les lames du parquet) pour trouver, avec Allan Weisselberg dans le loft de conception de Hambourg le matériau qui se marierait le mieux avec cette combinaison pour la surface de la cuisine. Lars Nielsen fut d’abord fasciné par les nombreuses cuisines en pierre d’eggersmann. Mais, un tel matériau aurait fait trop d’ombre aux briques de la maison. Son choix est donc tombé sur un acier inoxydable laminé à chaud et brossé, un matériau encore très peu utilisé pour les cuisines et qui vient du secteur de la construction navale. Parfait pour ce lieu.

La passion des matériaux haut de gamme : des briques fabriquées à la main revêtent les murs

Cet acier clair et scintillant a tellement séduit Lars Nielsen qu’il a souhaité l’utiliser pour l’ensemble de la cuisine, des meubles bas et de la porte du lave-vaisselle aux meubles hauts et à la hotte aspirante, en passant par le plan de travail et l’îlot central. Ce fut au prix de quelques efforts supplémentaires : pour les caissons surdimensionnés des meubles hauts, ce matériau lourd devait même avoir une épaisseur de cinq millimètres et être fixé avec des cadres en aluminium spéciaux. Par conséquent, il a fallu décaler les meubles hauts de deux millimètres vers l’arrière pour que tous les éléments soient à l’avant alignés exactement au même niveau. Pour que la porte du lave-vaisselle puisse s’ouvrir et se fermer en douceur malgré le poids, Thomas Weisselberg a demandé à Miele de fabriquer des ressorts spéciaux. Ils ont également désassemblé complètement la hotte aspirante pour l’assembler à nouveau. Cette étape fut nécessaire pour fixer l’acier. « Et ce ne sont que quelques exemples. J’apprécie vraiment qu’eggersmann trouve toujours des solutions personnalisées. » Autre point qui a également séduit Lars Nielsen : eggersmann a complètement monté la cuisine avant sa livraison pour s’assurer que tout s’assemble parfaitement.

Un perfectionnisme qui aboutit à un design haut de gamme, des lignes épurées et une parfaite fonctionnalité

Et cela vaut aussi pour Lars Nielsen et eggersmann, eux aussi s’accordent à merveille. Parce qu’ils ont la même exigence : un perfectionnisme qui aboutit à un design haut de gamme, des lignes épurées et une parfaite fonctionnalité. Si tout est parfait à la fin du projet, la détente sera elle aussi optimale.

Quand on demande à Lars Nielsen s’il prépare lui-même les poissons qu’il pêche, il nous répond : « Je vais être sincère, je préfère manger que cuisiner ». Heureusement que sa femme adore cette cuisine. Quand ils séjournent ici, il lui arrive de préparer aussi des plats danois traditionnels. Il ajoute qu’il doit uniquement faire attention à ne pas abuser des bons petits plats de son pays sous peine de ne plus pouvoir rentrer dans ses pantalons. Cet endroit n’est-il pas parfait pour y passer sa retraite ? « Nous allons sûrement séjourner encore souvent ici », déclare Lars Nielsen, « mais pas toujours ». Il nous raconte alors qu’ils ont encore un autre projet à Copenhague et qu’il s’imagine bien retourner plus tard à l’université. Étudier l’architecture. Cette envie est née au cours de la construction de sa maison. Et quand il commence quelque chose...

L’AUTRE DIMENSION DE LA CUISINE

Nous sommes prêts à nous réinventer pour répondre aux souhaits de chaque client. Voilà pourquoi nous avons beaucoup à montrer et à raconter.